Il nous arrive à tous de traverser des périodes difficiles : obstacles à surmonter, problèmes relationnels, étapes de la vie, perte, maladie, surmenage…

Ces difficultés sont courantes mais leur accumulation ou leur intensité et la souffrance qu’elles engendrent peuvent les rendre complexes à surmonter ou à gérer seul(e).

Ces souffrances n’ont rien à voir avec des maladies mentales, mais nécessitent de s’en occuper pour les traverser.

Souvent, nous n'avons pas été préparés(ées) pour affronter seul(es) ces périodes difficiles et douloureuses.

L’écoute et le regard objectifs et bienveillants de votre thérapeute apporteront le soutien nécessaire pour décrypter cette souffrance.

La thérapie s'adresse à tous, adultes, enfants, adolescents quels que soient l'âge et les nécessités de consultation.

Dans le respect des croyances et des orientations sexuelles de chacun(e) (LGBT friend), l'accompagnement thérapeutique vous permettra :

  • d’apprendre progressivement à sortir de la souffrance
  • de mieux vous connaître
  • de prendre votre vie en main avec plus de joie et de sérénité

La psychothérapie n’est pas synonyme de douleur, au contraire, elle soulage, renforce et régénère.

La thérapie Fonctionnelle une thérapie psychocorporelle

Basée sur des recherches en neurosciences et des observations scientifiques du développement humain, et tenant compte des différentes thérapies déjà existantes, l’approche Fonctionnelle a élaboré des outils permettant un examen à la fois étendu et détaillé de la personne. Cette recherche de plus de trente ans a donné lieu à la mise  au point d'une thérapie structurée qui permet de réaliser :

  • Un diagnostic individuel précis
  • Un projet thérapeutique individualisé
  • Une évaluation périodique des résultats obtenus au cours de la thérapie

C’est une méthode multidimensionnelle qui relie entre eux tous les aspects contribuant à la santé et au bien-être sans en exclure aucun. Dans l’état des connaissances actuelles, la dichotomie psyché-soma (séparation entre le psychisme et le corps) est dépassée et ne suffit pas à décrire le fonctionnement de l’être humain. 

La Psychologie Fonctionnelle examine les différents plans de tous les niveaux possibles de fonctionnement. Elle prend en compte les aspects : 

  • cognitifs avec les souvenirs, l’imagination, la rationalité, le symbolique, les désirs et la capacité à faire des projets 
  • émotionnels (peur, tristesse, joie, tendresse…)
  • posturaux avec les mouvements, les postures et la morphologie 
  • physiologiques au niveau des sensations, du tonus musculaire, des systèmes respiratoire, neurologique, neurovégétatif, immunitaire…

Tous ces plans sont interconnectés et interagissent en permanence.

Par exemple, face à un danger, immédiatement la peur se fait sentir, la posture change, les muscles se mobilisent et se tendent  la respiration devient haute (respiration d’alerte), le rythme cardiaque s’accélère et les pensées s’organisent très rapidement pour définir des stratégies de protection. Toutes les fonctions du corps se mobilisent ainsi vers un même objectif pour affronter le danger ou lui échapper. Il a en va de même pour toutes les situations de la vie où toutes nos fonctions sont en interaction et synergie permanentes.

Ainsi, pendant la psychothérapie, chaque fois qu'on travaille sur un des plans, tous les autres plans vont également forcément être impliqués et soignés.

Avec la vision Fonctionnelle de l'être humain on peut considérer que c’est l’organisme tout entier qui est malade et non pas une partie de cet organisme. 

Une relation harmonieuse en famille grâce à la thérapie

Les symptômes sur lesquels la psychothérapie peut vous aider sont nombreux :

La thérapie s’adresse à vous si vous ressentez :

  • mal être
  • anxiété
  • inquiétude permanente
  • peurs excessives
  • difficultés à gérer votre vie : éparpillement, trop de pression, procrastination
  • difficultés relationnelles
  • difficultés à trouver vos propres objectifs

Elle peut aussi être utile lors de la traversée de périodes clés de la vie comme :

  • grossesse
  • naissance
  • difficultés parentales
  • ménopause

ou encore lors de :

  • maladies
  • troubles psychosomatiques
  • contrôle excessif
  • troubles obsessionnels
  • traumatisme
  • “burn-out” professionnel ou maternel
  • fatigue excessive
  • problèmes de sommeil
  • fatigue chronique
  • fibromyalgie
  • hyperalgie (douleurs corporelles excessives)
  • passage à vide
  • dépression
  • perte, deuil
  • ...

La thérapie est un processus d’accompagnement individualisé qui permet de :

  • comprendre précisément ce qui arrive
  • identifier ce qui nécessite d’être changé pour sortir de la souffrance
  • et cheminer vers le changement pour une vie pleine et satisfaisante

Le travail thérapeutique peut se focaliser sur des points précis à régler ou bien s’étendre d’une manière plus large pour vous aider à répondre à un besoin plus profond de changement et/ou de remise en question.

Ainsi, avec un travail régulier et le soutien bienveillant et ferme du thérapeute, progressivement, vous allez pouvoir vous (re-)construire et (re-)trouver votre autonomie.

Concrètement

Au cours de la vie et souvent dès l'enfance, certaines situations ou Expériences de Base (EBS) nécessaires à notre construction harmonieuse sont inexistantes ou altérées. C'est ce qui rend notre manière de fonctionner inadéquate et nous fait souffrir. La psychologie Fonctionnelle a developpé des outils capables de reproduire ces EBS et donc de rétablir les bons Fonctionnements qui vont nous permettre de retrouver l'élan vital et une gestion satisfaisante de notre vie.

La première étape de la thérapie va consister à faire un examen attentif de votre vie dans votre environnement depuis votre plus jeune âge. Les informations ainsi obtenues vont être associées à une observation détaillée de vos Fonctionnements de fond sur les plans physique, émotionnel et intellectuel pour aboutir à un diagnostic.

A partir de ce diagnostic projet thérapeutique va être établi pour réparer les EBS altérées et restaurer un bon fonctionnement de vos différents plans.

En pratique

La thérapie nécessite un travail régulier et rapproché (hebdomadaire) pour mettre les nouveaux fonctionnements en place. Pendant les séances nous utilisons des techniques basées sur un travail verbal pour bien comprendre ce qui se passe et pour vous guider, et, sur un travail corporel avec : 

  • des mouvements
  • des techniques manuelles (massages Biodynamiques et Fonctionnels pratiqués vêtus)
  • des imaginations guidées

Ce travail va permettre de récupérer :

  • des sensations agréables
  • une respiration plus calme et plus fluide
  • une voix ouverte
  • de la force 
  • la tendresse
  • la joie 

 

Et enfin, une vie plus pleine et satisfaisante.

therapie enfants 330

A l’heure actuelle, très souvent, les enfants sont éveillés et ouverts, ils savent beaucoup de choses très tôt. Ceci entraine trop souvent notre admiration et leur donne une place centrale qui nous fait oublier l’autorité et la nécessité de leur donner un cadre qui va faire d’eux des adultes capable d’accepter les contraintes nécessaires à leur vie professionnelle mais aussi, à leurs relations sentimentales et sociales. 

Certains enfants deviennent très exigeants, colériques et même parfois violents.

Les conséquences sur la fratrie et les relations familiales peuvent alors être très perturbatrices avec une mise en retrait des autres enfants et parfois le renoncement des parents pour éviter les crises…

Si votre enfant est :

  • agité 
  • a des difficultés à socialiser 
  • devient même exigeant
  • veut tout tout de suite
  • ne supporte pas qu’on ne s’occupe pas de lui
  • est colérique
  • peut même parfois devenir violent
  • rencontre des difficultés à se concentrer ou à écouter en classe, à suivre les consignes…

La thérapie Fonctionnelle va lui permettre d’apprendre progressivement à se calmer, à communiquer sans violence et à accepter le cadre nécessaire à son épanouissement, son autonomie et son bien-être.

Ou bien si votre enfant est :

  • trop réservé
  • moqué 
  • rejeté
  • harcelé 
  • dominé sans cesse
  • a des difficultés à s’intégrer dans un groupe… 

Cette thérapie va lui permettre de :

  • prendre confiance en lui
  • apprendre à oser dire 
  • oser demander 
  • oser aller vers les autres 
  • développer sa force pour dire non 
  • se protéger 
  • récupérer sa joie d’enfant et son élan vital

La psychologie Fonctionnelle est basée notamment sur l’observation des expériences nécessaires au développement harmonieux des enfants (Expériences de Base du Soi, EBS), il en existe plus d’une vingtaine qui sont toutes également importantes. Lorsqu’un enfant présente des difficultés de comportement ou d’humeur, c’est que certaines de ces Expériences de Base n’ont été pas suffisamment explorées ou, sinon, de manière inadéquate pour devenir des Fonctionnements de Fonds pleins et ouverts. Cette méthode possède les outils nécessaires à l’identification mais aussi à la réparation des EBS altérées au cours du développement.

En pratique, la thérapie va opérer essentiellement au travers de jeux, dessins, massages etc.

Elle va permettre la reconstruction des EBS qui vont agir sur les plans cognitif, émotionnel, postural et même profondément sur le plan physiologique. L’enfant va ainsi apprendre à passer du contrôle (système nerveux sympathique) qui permet l’action, à la détente (système nerveux parasympathique) qui permet le repos indispensable à la récupération de l'énergie avant de repartir dans l’action.

Cette alternance entre activité et inactivité permet à l’enfant de rester en bonne santé et d’avoir de bonnes capacités de concentration, d’organisation et d’apprentissage.

L’enfant va également pouvoir retrouver le contact avec ses sensations profondes qui sont une aide précieuse pour apprendre à faire les bons choix dans la vie. 

Un entretien périodique avec les parents d’un enfant qui vient en thérapie va permettre de mettre en place des mesures adaptées aux nécessités thérapeutiques de l’enfant

Et, même lorsque l’enfant ne souhaite pas faire une thérapie, un travail avec les parents désireux d’aider leur enfant va être productive.

enfants qui jouent 660

De grands enfants ou des adolescents qui parlent d’égal à égal avec leurs parents, demandent des comptes sur l’utilisation de l’argent, prennent la maison familiale pour la leur, entendent disposer de la voiture à leur guise, marchandent tout sur tout jusqu’au dernier, ou encore veulent toujours avoir le dernier mot, ont un sérieux problème de cadre. Sans vraiment s’en rendre compte, ils ont la conviction d’être «le personnage central».

La base de ce comportement déplacé prend ses racines dans la toute petite enfance, dans cette première phase où il a déjà été le personnage central de la famille d’une manière excessive. 

Au delà de l’opposition classique des jeunes qui les aide à se structurer et se construire d’une manière saine si elle est contenue dans un cadre ferme et souple, lorsqu’un enfant entre violemment en conflit avec ses parents à toutes les occasions, le processus qui se joue est celui de la recherche des limites et de l’attaque du cadre avec une demande implicite aux parents de fixer les règles et de les tenir. 

Ce qui semble possible avec un petit enfant et un enfant encore jeune en laissant faire et en étant “cool” est en fait néfaste.

Sans cadre suffisamment contenant et sécurisant, l’enfant insatisfait en permanence va devenir exigeant et violent. 

Finalement, il va avoir une compréhension fausse de la communication et croire que le seul moyen de communiquer et d’entrer en contact avec l’autre, ou d’obtenir ce qu’il souhaite, consiste à passer systématiquement par la violence verbale ou physique. “Coincé” dans ce seul mode de communication, l’adolescent ne va pas pouvoir grandir et développer des relations familiales, sociales, amoureuses ou professionnelles non violentes et adaptées à chaque situation.

Avec tous les remaniements physiques, émotionnels et physiologiques qu’il traverse, l’adolescent peut aussi souffrir d’anxiété par peur d’être rejeté par ses camarades, d’être perçu ou de se sentir lui-même différent, mais également par peur de l’échec scolaire avec des difficultés à supporter la pression sociale, celle des parents et des enseignants sur la nécessité “urgente” de mettre en place leur vie future.

Un adolescent qui présente

  • des troubles du comportement (agressivité, agitation, repli sur soi ou sur les écrans, isolement, conduites addictives…)

ou encore chez qui on observe

  • absentéisme
  • baisse des résultats scolaires
  • indiscipline

se plaint régulièrement  

  • de fatigue
  • de maux de ventre
  • de maux de tête
  • présente un changement d’appétit et prend ou perd excessivement du poids
  • à des troubles du sommeil

est un adolescent qui souffre et qui a besoin d’un espace neutre pour comprendre ses difficultés et s’en libérer.

La thérapie permet au jeune de trouver un lieu d’accueil et d’écoute bienveillants.

Le travail en Psychologie Fonctionnelle (compréhension, mouvements simples, respiration, massages…) va lui donner la possibilité :

  • de prendre confiance en lui
  • de développer la capacité à entrer en relation avec les autres avec calme
  • d'apprendre à accepter le cadre
  • d'apprendre à s’accepter tel qu’il est
  • d'acquérir autonomie, élan vital, joie… 

Enfin, il est important de noter :

  • Que plus l’intervention thérapeutique sera précoce, plus le jeune pourra sortir de ses difficultés facilement et rapidement et, éviter une aggravation de son état
  • Qu'un entretien périodique avec les parents d’un enfant qui vient en thérapie va permettre de mettre en place des mesures adaptées aux nécessités thérapeutiques de l’enfant
  • Que pour un enfant ou un adolescent qui ne souhaite pas faire une thérapie, un travail avec les parents désireux d’aider leur enfant va être productive

therapie_adolescents_660.jpg

La remise en question des méthodes d’éducation traditionnelles, la multiplication des informations sur l’éducation, les découvertes scientifiques sur le cerveau et son rôle dans l’apprentissage, la tendance à donner la priorité aux capacités intellectuelles ou au contraire physiques de manière unilatérale, l’introduction des écrans dans nos vies de manière quasi inéluctable et difficilement contrôlable ont rendu la fonction éducative des parents très complexe et, souvent, trouver un équilibre entre autoritarisme et permissivité est un exercice difficile. De plus, l'apparition de troubles jusque là peu connus ou peu étudiés (TDAH, DYS, Handicaps) met les parents dans des situations extrêmement complexes.

Quel rôle pour les parents ? 

Il est aujourd'hui très clair que l'environnement de l'enfant joue un rôle déterminant sur son développement et son épanouissement.

L'enfant fait partie intégrante de la famille et les interactions qui s'installent dans la fratrie, entre les parents eux-mêmes, entre l'enfant et les parents et même avec les nourrices ou le personnel de la crèche vont créer suivant les cas un environnement favorable ou défavorable pour l'enfant.

De nos jours, face à toutes les difficultés qui peuvent entraver le bon développement des enfants, les parents ont un rôle déterminant à jouer et il est très clair que traiter la problématique de l’enfant sans soutien pour les parents aura pour conséquence une prise en charge de l’enfant bien plus longue mais aussi moins pérenne. C’est comme si on essayait de construire quelque chose d’un côté pour l'enfant qui soit ensuite détruit totalement ou partiellement par un environnement défavorable.

Comment donner à l’enfant de manière juste le goût de l’effort et de la persévérance? Quelle part donner aux nécessités de la vie (école, participation aux tâches de la maison) ainsi qu’au repos et aux loisirs ?

Depuis plusieurs décennies, grâce au développement des neurosciences, les découvertes sur le cerveau et ses capacités ont provoqué à juste titre une fascination pour l’intellect avec ses possibilités d’apprentissage, d’analyse et de compréhension, cet engouement pour le cerveau et la vulgarisation des découvertes ont cependant donnée lieu à des idées parfois trop stéréotypées, limitées et toutes faites sur les possibilités voire les nécessités impérieuses d’apprentissage en ne laissant qu’une part minime aux centres physiques et émotionnels. Cela crée des enfants pleins d’imagination et d’idées mais sans capacité de se mettre à l’oeuvre.

Or l’enfant qui est un adulte en devenir, si on ne veut pas en faire un adulte capricieux incapable de s’intégrer à la société, de faire un travail de qualité et de s’y tenir, a également besoin

  • de développer des capacités physiques pour développer sa force et se mettre en mouvement
  • de savoir gérer ses émotions positives ou négatives 
  • d’apprendre à supporter la frustration, pour dépasser le stade du “j’ai pas envi” et acquérir la capacité à faire des efforts
  • d’être capable de partage et d’échanges sociaux pour apprendre à donner et à recevoir
  • d’accepter les critiques constructives pour pouvoir s’améliorer tranquillement

Un développement harmonieux et équilibré des centres intellectuel, émotionnel et physique, est un enjeu majeur pour nos enfants.

C’est l’interaction permanente entre ces différents centres qui permet d’appréhender les situations (sentir si elles sont bonnes et sans danger pour nous, les analyser et agir en fonction des nécessités qui se présentent).

Un enfant brillant mais incapable de 

  • percevoir l’effet des situations sur lui et sur les autres
  • ressentir les émotions de manière adéquate
  • se mettre en mouvement pour effectuer les tâches nécessaire à sa vie

est un enfant en grandes difficultés de contact, d'écoute et de partage avec les autres. 

Dans une société qui privilégie la réussite grâce l’intelligence, comment faire s'équilibrer cette intelligence avec les centres émotionnels et physiques de l’enfant, comment ne pas en faire un déficient affectif ou un enfant passif?

Comment s’y prendre pour aider nos enfants à grandir de manière équilibrée, qu’il soit brillant ou en difficulté, porteur d’un handicap visible ou non? 

Face à toutes ces questions avec une société trépidante en constante évolution, le métier de parents nécessite souvent un véritable apprentissage.

Les besoins des enfants sont précis en fonction de chaque situation et,

  • ni la reproduction du schéma d’éducation que nous avons reçu
  • ni les schémas éducatifs en opposition avec notre propre éducation

vont être vraiment adaptés aux nouvelles générations.

Comment faire lorsque l'enfant est "différent"?

Haut potentiel ou handicap physique ou mental, la présence d'un enfant un peu trop différent va entrainer des difficultés d'acceptation et de gestion de la vie quotidienne. La nécessité d'une plus grande attention pour l'enfant en difficulté va souvent produire chez les autres membres de la famille l'impression d'être délaissés ou mis à l'écart. La jalousie et/ou un sentiment de culpabilité des autres enfants vont pouvoir générer des comportements inadéquats dans la fratrie.

Concrètement, afin de mettre en place un environnement favorable et durable pour l’amélioration de l’état de l’enfant, un entretien périodique avec les parents d’un enfant qui vient en thérapie va permettre de mettre en place des mesures adaptées à ses nécessités thérapeutiques.

Et, même lorsque l’enfant ou l’adolescent ne souhaite pas faire une thérapie, un travail avec les parents désireux d’aider leur enfant va être productive. 

La méthode Fonctionnelle a des outils qui permettent de soutenir les parents dans l’éducation de leurs enfants 

  • en examinant le fonctionnement de l’enfant dans la famille, avec les parents et les frères et soeurs  
  • en proposant des aménagements pour rééquilibrer les relations et aider l’enfant à retrouver un comportement et un positionnement adéquat
  • en répondant à leurs questionnements

Ce travail va permettre aux parents de prendre du recul sur la situation et de séparer les besoins impératifs des enfants de leur propre inquiétude qui génère parfois des comportements d'attention excessifs ou au contraire insuffisants. Grâce au soutien parental, avec la mise en place progressive d'un cadre spécifiquement adapté à chaque situation, il est possible de réaliser un rééquilibrage familial pour sortir de la culpabilité et aller vers une vie plus sereine.

La mise en tension de toute notre personne est une nécessité pour gérer des événements ou des tâches qui demandent toute notre attention .

Le stress devient pathologique quand on commence à en souffrir. Il est maintenant connu que le stress chronique joue un rôle déterminant dans de nombreux troubles : anxiété, troubles du sommeil, irritabilité aigüe, comportements violents, besoin de drogues, mais aussi troubles digestifs (gastrites, ulcères, colopathies, hyper ou hypoglycémie…), cardiovasculaires (hypertension, palpitations, douleurs dans la poitrine, infarctus du myocarde…), musculaires (tensions et/ou douleurs chroniques), immunitaires (infections virales ou microbiennes à répétition) dermatologique (eczéma, psoriasis…), gynécologiques, fatigue et maladies chroniques…

Les effets d’une vie contemporaine trépidante.

5 vie trepidante 330

Des conditions de travail stressantes, un environnement familial difficile, des absences de périodes de repos peuvent favoriser une mauvaise gestion de son stress…

La succession de divers événements stressants de manière trop intense et trop rapprochée ne permet pas de récupérer et maintient également cet état de stress. Il devient alors impossible de retrouver un état de tranquillité pour se détendre et relâcher l’attention.

Mais une charge excessive d’obligations ne génère pas forcément un état de stress négatif. Le stress pathologique voire chronique survient lorsque nous continuons à rester dans l’état de vigilance que nécessite la réponse au stress malgré l’absence ou la disparition de la source de stress.

Mais alors, d’où vient le stress pathologique?

6 stress pathologique 660

  1. de notre difficulté à retourner à l’état de base : respiration calme et basse, vigilance et tension musculaire modérées, quiétude.
  2. de notre incapacité à doser notre état de vigilance en fonction des actions et des situations réelles, sans tension exagérée.

Le maintien d’un état de vigilance aiguë sur une période trop longue entraîne une mise en tension chronique (contractures musculaires, pensées répétitives, perte du sommeil…) et rend la détente de plus en plus difficile, voire impossible.

C’est la capacité à retourner au calme intérieur (Bien-être) après un stress qui permet de rester en bonne santé.

Les troubles liés au stress sont nombreux :

  • Anxiété
  • Palpitations
  • Sensation d’alarme
  • Transpiration excessive
  • Irritabilité
  • Troubles digestifs
  • Confusion
  • Maux de tête
  • Agitation
  • Faiblesse par rapport aux autres
  • Difficultés de concentration
  • Tremblements
  • Sensation de faire des efforts importants
  • Vertiges
  • Indécision
  • Pression sur la poitrine
  • Insécurité
  • Coups à la poitrine et spasmes
  • Pensées répétitives
  • Constipation et diarrhées
  • Alarme
  • Maux de dos
  • Bouche et gorge sèche
  • Fourmillements dans les mains
  • Insomnie
  • Fatigue
  • Tension musculaire

 En pratique : du stress chronique au Bien-être... Ou comment retourner vers le calme intérieur ?

 La Méthode Fonctionnelle propose un travail aux niveaux cognitif, émotionnel, postural et physiologique qui va permettre de réapprendre de manière stable et durable à se détendre pour “récupérer” après un stress. Progressivement, la capacité de détente que nous avons perdue va se remettre en place et nous allons retrouver le calme et le bien-être indispensables pour affronter de nouvelles situations stressantes sans générer des troubles.

Ce travail anti-stress permet d’augmenter progressivement notre capacité à gérer nos humeurs, notre mode relationnel et notre vie mais aussi, grâce à l’installation de périodes même brèves de récupération, de générer des mécanismes physiologiques bénéfiques utiles sur les plans préventifs et curatifs.

Concrètement

Ce travail sur la désactivation du stress se fait sur deux séries de 12 séances hebdomadaires espacées de trois mois. Il porte essentiellement sur :

  • La respiration par des exercices visant à restaurer une respiration abdominale
  • L’adoucissement du contrôle par des mouvements spécifiques amenant au relâchement
  • La modification du tonus musculaire par des mouvements et des techniques manuelles Fonctionnelles
  • La récupération des sensations positives

L’ensemble de ce travail pratiqué avec régularité permet de rejoindre l’état de Bien-être profond et redonne la capacité de faire des pauses régénératrices en toute tranquillité sans craindre de perdre en efficacité.

 10 gestion stress en pratique

9 massages 330

Les massages proviennent de pratiques ancestrales, ils sont reconnus depuis des temps immémoriaux pour leurs vertus : ils apportent détente et bien-être.

Pratiqués régulièrement, sur le plan physiologique, ils vont réduire la sensation douloureuse et diminuer l’état inflammatoire.

Ils apportent un réconfort réel dans des périodes de souffrance affective, psychique ou physique.

Les massages Biodynamiques

Les massages biodynamiques sont destinés à restaurer un système d’autorégulation mis en place par Gerda Boyesen dans les années 50.

Ce système basé sur les interactions entre psyché et soma existe à l’état naturel et permet à notre corps de digérer les émotions.

Le manque de temps et les tensions accumulées ne laissent plus la possibilité à ce système de remplir sa fonction.

Les massages biodynamiques permettent la dissolution des tensions corporelles d’origine émotionnelle par l’intermédiaire du psychopéristaltisme caractérisé par  des mouvements intestinaux qui vont permettre l’évacuation des émotions négatives. Ces mouvements sont indépendants de ceux de la digestion.

Les massages Fonctionnels

Les massages Fonctionnels ont pour objectif majeur de modifier le tonus musculaire. Ils vont permettre aux muscles de retrouver leur tonus de base au repos, c’est à dire de sortir de l’hypertonie chronique (tensions douloureuses) pour retrouver leur souplesse et leur fonction naturelle de contraction-relâchement.

Ces massages vont également permettre de libérer la respiration qui va assouplir le diaphragme, devenir abdominale et entrainer la récupération des sensations agréables.

La personne retrouve sa capacité à passer de la tension ou sympathicotonie à la détente ou vagotonie en fonction de ses besoins du moment.

La restauration de cette fonction dans sa totalité permet une récupération d'énergie indispensable pour se ressourcer et rester en bonne santé.

En pratique

Les séances de massages Biodynamiques et Fonctionnels se déroulent généralement sur une heure. Ils sont pratiqués sur les personnes vêtues légèrement et allongées sur un matelas posé sur le sol. Les séances débutent par un temps d’accueil  destiné à prendre connaissance des besoins de la personne. Elles sont suivies du massage et se terminent par un temps de repos pour l’intégration des effets.