Le Fonctionnalisme à pris naissance à la fin du XIXème siècle
Cette école a pris forme dans l’évolutionnisme et s’est développée essentiellement dans les domaines physiologiques et pédagogiques.

Dans le domaine de la psychologie, le fonctionnalisme a débuté avec l’école de Chicago avec cette idée : l’organisme doit être considéré dans sa globalité dans son fonctionnement avec l’environnement – avec une adaptation réciproque de l’organisme et de son environnement (Dewey 1896).

Déjà en 1890 pour James, la réalité psychique est concrètement liée à un organisme qui interagit avec l’environnement. Et la théorie de James-Lange (1892) présente pratiquement les éléments corporels de l’émotion comme la source primaire du ressenti humain. En 1907, avec Angell, l’activité mentale est alors considérée comme une partie d’un ensemble plus vaste de forces biologiques dont on veut découvrir les modalités de fonctionnement.

L’école Fonctionnelle parvient à son développement maximum avec l’idée de Carr (1925) stipulant qu’il faut sortir de la limitation à certains secteurs du fonctionnement humain (comme le présentaient les nombreux courants psychologiques existants alors) et passer à une pensée plus globale.

Bien qu’ensuite, l’école de Chicago ait subi un déclin au moment où toute l’école américaine se consacrait au comportementalisme, le cadre méthodologique de fond de l’école de Chicago n’a pas disparu et a servi de fondation au Fonctionnalisme moderne.

Le Fonctionnalisme moderne prend ses origines en grande partie dans la pratique, les recherches cliniques et les études relatives aux relations complexes entre le corps et le mental.

Parmi les chercheurs, Reich (1920) a formulé le concept fondamental d’identité fonctionnelle entre psyché et soma et posé les bases du vaste domaine théorique de la Psychothérapie Corporelle. Grâce à des intuitions exceptionnelles à l’époque, il a montré le premier qu’il fallait intégrer des interventions sur le corps au travail thérapeutique traditionnel . Ces interventions corporelles avaient pour but de modifier les conditions musculaires et neurovégétatives qui, sinon, auraient continué de rétroagir sur le patient, le replongeant dans son état de maladie.

L’école de psychologie Fonctionnelle de Naples

Au centre du mouvement de la Psychothérapie Corporelle, l'école de Naples (Centre d’études W. Reich) s’est intéressée à construire des cadres théoriques permettant de mieux cerner le problème complexe des relations entre le corps et le mental dans une démarche scientifique.

Dès 1968, ce centre fédère l’ensemble des principaux travaux réalisés par les chercheurs internationaux  inspirés par la pensée de Reich. Il convie pour la première fois les principaux chercheurs norvégiens, anglais et américains (Ola Raknes, David Boadella, Alexander Lowen, Eva Reich, Myron Sharaf) afin de synthétiser leurs recherches respectives et établir une communication mondiale constructive sur leurs différents avancements. Cette écoute et ces échanges permettent d’enrichir et d’harmoniser leur contribution concrète sur les processus Fonctionnels Psychocorporels du Soi. En 1975 le Centre d’études W. Reich est rebaptisé SEF (Scuola Europea de psicoteropia Funzionale ; http://www.psicologiafunzionale.it/sef/).

La Psychologie Fonctionnelle

La psychologie Fonctionnelle est née sous l’impulsion de Luciano Rispoli au sein de cette école et résulte de plus de 40 années d’études, d’observations et de questionnements sur la psychothérapie et tous ses processus.  Elle s’appuie sur les recherches scientifiques dans les domaines des neurosciences, de la psychophysiologie et de la biologie. Elle intègre les différents modèles de thérapie existants et prend en compte tous les niveaux de la personne (cognitif, émotionnel, postural et physiologique) : en somme, nous arrivons à une thérapie intégrée et à une intégration des techniques.

logo_fonctionnalisme.jpg

Concrètement, comment cela se passe?

La Psychothérapie Fonctionnelle permet d’identifier avec précision les altérations propres à chacun et de réaliser un diagnostic personnalisé et détaillé, à partir duquel elle établit un projet thérapeutique individuel précis et ciblé sur les besoins de réparation des altérations propres à chacun. Elle permet également une évaluation des résultats obtenus au cours de l’avancement de la thérapie.

Bibliographie : 

Expériences de base et développement du Soi ; Le Fonctionnalisme moderne
Luciano Rispoli
Editions Peter Lang SA, Éditions scientifiques internationales, 2009

Fonctionnements et Expériences de Base du Soi

L’approche Fonctionnelle examine la personne dans son intégralité pour clarifier l’origine de ses difficultés.

Par quels chemins ?

Elle étudie les Fonctionnements de Fond de chacun. Ce sont ces Fonctionnements de fond qui génèrent nos pensées, nos émotions, nos comportements, nos gestes et nos relations. Ils se montrent à travers les Fonctions (par exemple motrice, sensitive, respiratoire, imaginative etc).

Les Fonctions s’organisent ensemble pour former les processus psycho-corporels au sein des plans cognitif, émotionnel, postural et physiologique.En agissant sur un des plans, une réaction simultanée et en chaine se produit dans tous les autres plans. 

Pourquoi étudier la personne dans son intégralité ?

La Psychologie Fonctionnelle postule que tous les plans sont reliés : tous les mécanismes mis en œuvre pour atteindre un objectif sont en interaction et en synergie permanentes dans toutes les situations de la vie.

Par exemple : face à un danger, la peur se fait immédiatement sentir, la posture change, les muscles se mobilisent, la respiration devient haute et s’accélère (respiration d’alerte), le rythme cardiaque s’accélère également et les pensées s’organisent très rapidement pour définir des stratégies de protection. Toutes les fonctions du corps se mobilisent ainsi vers un même objectif pour affronter le danger ou lui échapper.

A quoi correspondent Fonctionnements de Fond et Expériences de Base du Soi ?

12 a quoi correspondent 330

Depuis la naissance et au cours de la vie, les processus psycho-corporels (Fonctions) qui forment l’être humain se développent et s’organisent de manière détaillée. Selon les expériences vécues, ils vont atteindre une pleine expansion ou au contraire s’altérer progressivement.

Ainsi, lorsque l’enfant vit régulièrement et de manière répétitive des moments où il peut : se détendre, se faire la place, se montrer, dormir d’un sommeil non interrompu, vivre des moments de calme, se sentir tenu et pris, explorer et vivre la sécurité… alors, il va avoir un développement harmonieux. Il pourra vivre pleinement et affronter aisément les difficultés de la vie.

Ce sont ces situations du quotidien que la Psychologie Fonctionnelle nomme les Expériences de Base Du Soi (EBS) chez l’enfant et qui deviennent les Fonctionnements de Fond de la personne.

Lorsque certaines  de ces situations primordiales de la vie quotidienne sont vécues de manière insuffisante ou inappropriée au cours du développement, le mal-être, les difficultés et parfois la maladie s’installent progressivement. Cela signifie que de profondes altérations se sont accumulées dans son organisme tant au niveau de l’esprit que du corps.

La thérapie consiste

  • à examiner l’état de ces Fonctionnements de fonds,
  • à identifier les altérations propres à chaque personne,
  • puis à ouvrir les Fonctions pour reconstruire les Expériences de Base du Soi de l’enfant et restaurer les Fonctionnements de Fond de l’adulte

Bien-être et Fonctionnalisme

Selon la perspective Fonctionnelle, le Bien-être ne peut exister que si le corps expérimente son unité.

C’est uniquement la plénitude des sensations psychocorporelles qui peut construire la base du Bien-être.

Dans le Bien-être plein et réel, notre organisme accède à un “état de grâce” auquel participent tous les principaux systèmes vitaux. En effet,

  • La respiration est calme et profonde,
  • Le système neurovégétatif tend nettement à la vagotonie (calme et relâchement),
  • Le tonus musculaire est détendu et souple,
  • Le corps se déplace avec des mouvements lents,
  • Les sensations internes sont intenses et extrêmement agréables,
  • Les pensées sont calmes et plaisantes,
  • Les endorphines et les enképhalines et autres médiateurs biochimiques du Bien-être circulent.

Pour obtenir le Bien-être avec plénitude, il faut donc agir en synergie sur plusieurs Fonctions de l’être comme la respiration, le tonus musculaire, la mobilité du système neurovégétatif soit la capacité de passer de l'état de sympathicotonie (contrôle et tension) à la parasympathicotonie (calme et bien-être), les croyances par rapport à l'activité et le repos, l’imagination pour qu'elle devienne positive etc…

Le Bien-être constitue ainsi un état qui permet à une personne de régénérer toutes ses énergies et de retrouver son équilibre vital indispensable pour la prévention des maladies.

8 bien etre et fonctionnalisme 660